De l’Audace en Silence 

Laetitia ADJE

De Dakar à Abidjan, Nouvel envol pour la plus sénégalaise des franco-ivoiriennes !

Portrait d’une personnalité à suivre !

 

Pouvez-vous présenter sommairement à nos lecteurs votre parcours et votre entreprise ?

Je suis d’origine franco-ivoirienne et je travaille à Dakar depuis presque 6 ans maintenant.

J’ai débuté mon parcours d’entrepreneure en France à l’âge de 22 ans, puis je suis venue à Dakar pour poursuivre celui-ci en Afrique. En effet, les opportunités sur le continent africain me paraissaient (au moment de mon départ) plus intéressantes qu’en Europe. En arrivant, j’ai donc ouvert ma première structure un cabinet de conseil CJM qui est toujours ouvert à ce jour. Puis une seconde structure Call Invest, un centre d’appel en collaboration avec une agence Allianz en France, également toujours ouvert à ce jour. Suite à la mise en place de ces structures et à la bonne marche de mes entreprises, je me suis consacrée à co-fonder une troisième structure Leadership, une agence de media training qui s’est agrandie en agence de communication généraliste et qui une suivi une dernière évolution avec l’ouverture de Qualiscom.

A ce jour, les équipes de l’ensemble de ces structures sont indépendantes et travaillent de façon autonome. Je me dirige vers de nouveaux horizons avec une arrivée prochaine en Côte d’Ivoire pour l’année 2020, notamment en conseil stratégie pour de nombreuses entreprises, organisation, personnalités publiques…

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer votre entreprise ?

L’indépendance, je pense que c’est pour ma part ma motivation première. La seconde motivation, une envie de pouvoir mettre à contribution l’ensemble de mes capacités et ne pas me limiter à une tâche, ou à un poste, n’avoir aucune frontière et aucune limite.

 

Et pourquoi avoir choisi le Sénégal ?

Le Sénégal cumule de nombreux avantages : une jeunesse éduquée, formée et pleine d’énergie, une situation géographique et une culture qui l’ouvrent sur l’Europe, le Maghreb, les pays du Moyen Orient…

Les sénégalais ont une ouverture sur le monde qui est grande et sont curieux de ce qui se fait ailleurs.  Pour toutes ces raisons le Sénégal est un pays intéressant pour investir, et les perspectives de développement sont immenses…

Pour ma part je pense avoir fait le tour de ce magnifique pays qui a révélé nombre de mes capacités et aiguisé mon sens du business. Je me dirige pour l’année 2020 vers Abidjan avec beaucoup d’enthousiasme et d’ambition.

 

Qu’aimez-vous dans votre vie et votre statut d’entrepreneur ?

La liberté de ne pas savoir ce que demain sera. C’est difficile à concevoir lorsque l’on est dans une phase de sa vie qui n’est pas évidente, mais c’est également ce qui donne un intérêt inégalé à l’entrepreneuriat.

 

Votre modèle de réussite ?

Il n’y en a aucun, je ne conseille à personne de vouloir reproduire ce qui a déjà été fait. L’innovation, la création sont les meilleurs modèles de réussite.  Pour résumer, je dirai à chacun de trouver et de créer le sien. La réussite consiste à pouvoir faire accepter sa différence et lui donner une valeur ajoutée. L’entreprise repose avant tout sur la mise en valeur de talents et de potentiels humains.

 

… A propos de votre entreprise

 

Consacrez-vous tout votre temps à votre entreprise sinon la ménagez-vous avec d’autres activités ?

Je consacrais beaucoup de temps à mes entreprises, c’est en effet très prenant. Il est vrai que la frontière est parfois mince entre la vie personnelle, et professionnelle. Mais il faut essayer de se ménager et être curieux de ce qui se passe ailleurs. Il faut autant que possible, se nourrir des expériences, des connaissances autres pour pouvoir également rester compétitif dans ce que l’on fait. Renouveler son regard sur son entreprise nécessite de se nourrir d’activités très diverses, voire très éloignées du secteur d’activité dans lequel on exerce. C’est pourquoi, je nourris ce nouveau projet pour cette année 2020 qui s’ouvre ; de renouveler mon regard sur un terrain nouveau en Côte d’Ivoire.

 

Quelles ont été les plus grands obstacles auxquels vous avez été confrontés, votre plus grand succès?

« L’obstacle » ou plutôt la difficulté que les entrepreneurs se doivent de dépasser se résume dans la capacité à faire évoluer sans cesse la manière dont ils regardent la réalité qui se présente à eux.

Avoir cette capacité à regarder les difficultés sous un autre angle pour arriver à trouver une solution, est peut-être la chose la plus difficile à faire au quotidien. Mais le véritable talent d’un entrepreneur est là, pouvoir faire face à toutes les situations qu’elles aient été anticipées ou non.

 

Prenant votre expérience à témoin, quelles difficultés spécifiques les femmes peuvent-elles rencontrer dans le monde de l’entrepreneuriat? comment faire pour les surmonter ?

Ce n’est pas pertinent de parler de difficulté pour « les femmes » en général dans le milieu de « l’entrepreneuriat » en général. Il faut admettre qu’il n’est pas évident d’entreprendre pour une femme quand le secteur d’activité est à priori un secteur masculin. Là, commence la difficulté pour les femmes. Si une femme souhaite ouvrir un salon de coiffure, personne ne va lui dire quoi que se soit. En revanche, si une femme souhaite être à la tête d’une grande entreprise du BTP, je ne suis pas certaine que cela soit simple.

 

Comment pensez-vous être perçu par vos collaborateurs masculins et féminins ?

Je pense être respectée avant toute chose, peut être appréciée, cela on ne peut jamais en être sûr. Il faut être conscient que les rapports de hiérarchie faussent toujours plus ou moins la perception des rapports avec ses collaborateurs. Mais je pense avoir réussi à nouer des rapports de respect et de confiance avec mes équipes. Je suis très à l’écoute et ils me le rendent bien.

 

Qu’est-ce qui vous a aidé à garder la motivation ?

Ma foi en Dieu, avec l’idée chevillée au corps que la réussite est à ma portée peu importe la forme qu’elle prendra.

 

En quoi vos structures se démarquent-t-elles des autres entreprises chacune dans leur secteur d’activité ?

Mes sociétés en soi ne se démarquent pas des autres structures, c’est l’évolution des équipes en place qui peuvent faire la différence. La capacité à additionner des talents différents ajoutée à la longévité du travail effectuée ensemble peut faire qu’une entreprise se démarque.

La vision d’une entreprise, ce qu’on y fait, la manière de travailler, le culture d’entreprise que l’on véhicule permet de pouvoir inventer, créer, innover et donc se démarquer au final.

Le reste ce n’est que du marketing, et je pense savoir de quoi je parle !

 

Comment voyez-vous vos entreprises dans quelques années ?

Je ne cherche pas à voir aussi loin, tout est possible… laissons faire les choses et attelons-nous à travailler à un avenir sur lequel on a un minimum d’emprise « demain ».

… Quelques conseils

 

Un prérequis incontournable pour se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Se connaître !

Quelles sont les erreurs que vous avez commises et que vous aimeriez pouvoir éviter aux autres ?

Bien s’entourer !

Quel serait le conseil que vous donneriez à nos jeunes lecteurs qui hésitent à sauter le pas où aux jeunes entrepreneurs en herbe ?

Le doute est votre meilleur allié, il faut douter de tout en permanence pour avancer efficacement, une chose dont vous ne devez pas douter c’est vous même. Le doute doit accompagner toutes vos prises de décision mais ne doit en aucun cas vous empêcher d’avancer. Vous ferez des erreurs et les erreurs sont souvent constructives dans l’entrepreneuriat.

 

… VRAI OU FAUX

 

Le premier frein à l’entrepreneuriat féminin est la difficulté à concilier vie privée et vie professionnelle

FAUX, tout est une question d’organisation et de rigueur.

La maîtrise du temps est une chose importante.

Les femmes ont plus de difficultés à trouver des financements

FAUX, toutes les statistiques témoignent que les femmes sont de meilleurs payeurs que les hommes quand il s’agit de rembourser un crédit.

En revanche, la mauvaise présentation d’un projet peut être un frein important pour réussir à obtenir des financements.

Soigner la présentation d’un projet et soigner sa présentation (exposé oral) est un vrai travail préalable en amont du projet.

L’entrepreneuriat féminin est un facteur clé du développement africain

FAUX, je précise pour ne pas heurter ceux qui vont nous lire et surtout le public féminin. L’entrepreneuriat féminin ou masculin sera un facteur clé de développement en Afrique. Je ne pense pas qu’il y est véritablement une spécificité de l’entrepreneuriat féminin en soi. Nous lui portons un regard particulier, mais en réalité les femmes ont toujours été une composante du tissu économique et social de toutes les sociétés humaines peu importe la forme.

Cela se poursuit, l’entrepreneuriat en est une forme, les femmes y prendront part, je pense qu’il faut arrêter de vouloir voir dans la nature des personnes (hommes, femmes) des traits de personnalités indépassables et qui se reproduiraient. C’est réducteur autant pour les hommes que pour les femmes. Un petit diamant se cache dans chacun des entrepreneurs en herbe qui souhaitent se lancer, à lui de trouver la meilleure façon de se polir.

 

Dernier mot :

Merci à toute l’équipe d’ASKAN pour son travail !!!

Meilleurs vœux pour cette année 2020 à tous !

Que Dieu accompagne notre beau continent, que notre jeunesse soit pleine d’ambition pour elle-même et les générations à suivre, et que la paix soit avec nous !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

askan_logo

Mentions légales      CGV       CGU     Contacts       Blog        Plan du site

© 2011 - 2020 Askan. Tous droits réservés

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?