arachide - askan

Auteur d’une trentaine de publications et d’articles scientifiques publiés dans de grandes revues scientifiques, Balla Diop Ngom est un chercheur sénégalais qui produit de l’énergie avec des coquilles d’arachide. Il est l’un des deux francophones dont les projets ont été retenus pour une soixantaine de projets.

Professeur-chercheur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Balla Diop Ngom s’est vu accorder un financement de la Royal Society de Londres pour poursuivre ses recherches sur la biomasse, la valorisation de la coquille d’arachide et la production d’énergie bon marché. Son projet a été sélectionné parmi une soixantaine de projets.

Professeur agrégé au Département de physique de la Faculté des sciences et des technologies de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Balla est l’une des 30 jeunes chercheurs africains dont les projets de recherche recevront un financement de la Société royale dans le cadre du programme Flair (Futurs leaders – recherche indépendante africaine, en français, futurs chercheurs autonomes d’Afrique).

Il recevra l’enveloppe de 300 000 livres sterling, soit environ 230,5 millions de francs CFA, pour poursuivre ses recherches sur la biomasse pendant deux ans. Son projet s’intitule « Synthesis from the biomass of nanomaterials for energy storage ».

Titulaire d’un Ph.D. en physique de l’état solide et la science des matériaux d’Ucad et d’un doctorat en sciences des matériaux et du plasma de l’Université de Western Cape Town, En Afrique du Sud, le physicien est également directeur du Laboratoire de photonique quantique pour l’énergie et les nanomatériaux du Solid State Physics and Materials Science Group (Gpssm). En plus de toutes ces qualifications, il est également l’auteur d’une trentaine de publications scientifiques et d’articles publiés dans des revues scientifiques de premier plan. M. Ngom dirige ce projet depuis plus de deux ans avec un groupe de 15 étudiants, dont 10 titulaires d’un doctorat ou d’une maîtrise et quatre personnes âgées.

Grâce aux biomasses, le chercheur entend donner de la valeur aux coques d’arachide. Selon lui, la culture de l’arachide se développe dans le bassin de l’arachide (centre du Sénégal), mais malheureusement, dit-il, les gens de la région n’utilisent que des graines et jettent des coques.

« NOUS DEVONS VOIR COMMENT TIRER PROFIT DES COQUES D’ARACHIDE EN ENVISAGEANT DE CRÉER UNE INDUSTRIE AUTOUR DE CE PRODUIT, » dit-il.

Dans le but de promouvoir la coque d’arachide, le chercheur sénégalais a proposé son projet de recherche aux donateurs et à l’Académie africaine des sciences. Il a l’intention d’utiliser cette biomasse pour mettre en œuvre des nanomatériaux d’oxyde métallique 2D pour la fabrication de batteries pour stocker l’énergie. En effet, l’objectif du projet va au-delà de la recherche. Il vise aussi à assurer le transfert de technologie.

« LE SENEGAL DISPOSE DE SUFFISAMMENT DE TERRES POUR LA PRODUCTION DE CETTE MATIERE PREMIERE. A PRIORI, LES HECTARES DE TERRE A EXPLOITER EMPLOIERONT PLUSIEURS JEUNES SÉNÉGALAIS DANS LA CULTURE DE L’ARACHIDE. L’INDUSTRIALISATION DE L’ARACHIDE, UNE FOIS RÉUSSIE, FOURNIRA UNE MAIN-D’ŒUVRE POUR UN TRANSFERT TECHNOLOGIQUE HABILITANT. NOUS VOULONS NOUS ASSURER QUE L’ENSEMBLE DE LA CHAÎNE DE VALEUR EST RENTABLE AU SÉNÉGAL PARCE QUE LES GRAINES PRODUIRONT DE LA PÂTE D’ARACHIDE ET DES COQUILLES POUR L’ÉNERGIE » , explique l’enseignant.

Centré sur l’évaluation de la carapace des arachides, il a déclaré avoir testé d’autres produits locaux dans ses recherches, y compris les feuilles d’hibiscus (bissap dans le Wolof) et le baobab, ce qui a donné des résultats convaincants qui profiteront à la population.

Fier d’être l’un des récipiendaires du programme Flair, lui et son équipe comptent sur ce financement pour renforcer la capacité des jeunes chercheurs à l’échelle nationale et internationale. Ces fonds, insiste-t-il, seront utilisés exclusivement pour l’acquisition d’équipements de recherche, pour plus d’opportunités dans le domaine.

« Ce projet sera également l’occasion de créer, à l’avenir, un nouveau profil de jeunes chercheurs », déclare Ngom, qui a l’intention de mettre en avant les produits locaux pour développer de nouveaux systèmes de stockage d’énergie.

Source : Afrotechnewz

0 Commentaires

Laisser un commentaire

askan_logo

Mentions légales   CGV       CGU     Contacts       Plan du site

© 2011 - 2019 Askan. Tous droits réservés

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?