A l’échelle mondiale, c’est plus de 268 000 tonnes de déchets plastiques que l’on retrouve dans les océans, selon l’enquête «Pollution plastique dans les océans du monde». En effet, ces déchets, mégots de cigarettes, bouteilles et pots en plastiques, sachets, etc., qui sont jetés un peu partout, finissent surtout dans la mer. Les prévisions faites par les experts révèlent d’ailleurs que si rien n’est fait, les animaux marins n’ingurgiteront que du plastique d’ici 2050. Avec l’interdiction des produits en plastique à usage unique sur l’ensemble de son territoire, on pourrait penser que le Sénégal n’est pas concerné par cette pollution liée aux matières plastiques. Bien au contraire, il figure à la 21e place dans le classement des pays qui polluent le plus les océans du monde, selon les données de l’Association Zéro Déchet. De plus, on estime à environ 190 kilogrammes, la quantité de déchets produits par une seule personne dans le pays. Ces statistiques montrent que la gestion des déchets plastiques au Sénégal constitue un challenge encore loin d’avoir été relevé.

Quels sont les enjeux environnementaux et sanitaires liés à la pollution plastique au Sénégal ? Et quelles sont les potentielles opportunités de business qui pourraient intéresser  les entrepreneurs locaux dans ce secteur ? Nous apportons quelques éléments de réponse à ces questionnements dans la suite de cet article. 

La proportion de plastique dans les déchets ménagers au Sénégal évolue de façon exponentielle depuis 2016

Il suffit de faire un tour dans les quartiers populaires du Sénégal pour se rendre à quel point les rues sont jonchées de déchets notamment plastiques. Les marchés, les commerces et aussi les plages, deviennent le dépotoir de déchets plastiques de toutes sortes. On les retrouve partout ! Même si l’Etat et  les organisations de la société civile font des efforts pour contrer ce fléau, le phénomène plastique persiste et insiste au Sénégal. 

Déchets plastiques au Sénégal
Déchets plastiques au Sénégal

Rien qu’en 2016, la proportion du plastique dans la production nationale de déchets était de 9,09%, selon le Rapport national de caractérisation des ordures ménagères. Plus tard en 2019, l’Unité de Coordination de la Gestion des déchets solides au Sénégal (UCG) révèle que le plastique représente à lui seul plus de 10% des déchets ménagers collectés. 

La pollution plastique : source d’intoxication pour la faune maritime et d’AVC pour l’homme

Ce décor plastifié qu’affichent certaines rues du Sénégal est d’autant plus inquiétant, lorsque l’on sait que la grande majorité de ces déchets plastiques abandonnés dans la nature, terminent leur vie dans l’océan. Ce qui a des conséquences désastreuses sur la flore et la faune maritime

En effet, une fois dans l’océan, les objets plastiques s’auto-fragmentent et se transforment en microplastiques mesurant à peine 5 mm de diamètre. Ils deviennent tellement petits et parfois même invisibles qu’ils peuvent pénétrer facilement dans les membranes cellulaires des animaux marins. Une fois qu’elles ingèrent le plastique, ces créatures marines finissent par mourir d’intoxication ou de suffocations. Bien évidemment, si ces produits plastiques sont toxiques pour les animaux et la flore maritime, ils le sont également pour l’homme. 

Déchets plastiques au Sénégal
Déchets plastiques au Sénégal

Les poissons ingurgitent les débris plastiques nocifs dans l’océan. Étant donné qu’ils font partie de la chaîne alimentaire de l’homme, c’est tout naturellement que nous intégrons à notre tour dans nos organismes, du plastique sans le savoir. Par ailleurs, certains objets plastiques maniés par l’homme au quotidien contiennent du bisphénol A. Il s’agit d’un perturbateur endocrinien qui a été déjà interdit dans de nombreux pays car il serait à l’origine de l’apparition de certains cancers, des AVC et de la diminution de la fertilité

En sus, le PET que l’on retrouve dans les bouteilles et pots en plastique est un élément chimique qui a aussi été reconnu comme potentiellement cancérigène. En outre, des études ont permis de montrer qu’ il y avait des similitudes entre le PET et l’arsenic. Eu égard des risques que représentent le plastique pour la survie de la planète et celle de l’espèce humaine, il convient de tirer rapidement la sonnette d’alarme. 

Des lois sans effets contre les déchets plastiques au Sénégal

Depuis 1974, le Sénégal s’est engagé dans la lutte contre la prolifération des déchets plastiques au sein de son territoire. Ceci à travers la mise en place de textes réglementaires visant à limiter l’usage du plastique. Une autre loi a été adoptée en 2015, toujours dans le même contexte. Il s’agit de la Loi n°2015-09 du 04 mai 2015 relative à l’interdiction de la production, de l’importation, de la détention, de la distribution, de l’utilisation de sachets plastiques de faible micronnage et à la gestion rationnelle des déchets plastiques. Face à l’échec de ces premières réglementations dans le cadre de la lutte contre la pollution plastique, un instrument juridique plus élaboré a été mis en place en 2020.

Dernier texte en vigueur en faveur de la lutte contre la pollution plastique au Sénégal, la loi n°2020-04 du 8 janvier 2020 interdit l’utilisation des sacs en plastique en sortie de caisse. Cette récente loi promeut ainsi une gestion plus rationnelle des déchets. En plus d’interdire la production des déchets plastiques, elle engage aussi la responsabilité des producteurs. L’objectif étant de réduire de façon considérable, la part du plastique dans les déchets ménagers au Sénégal. 

Déchets plastiques au Sénégal

2 ans après l’adoption de cette loi, le pari contre la pollution plastique est encore loin d’être remporté au Sénégal. Toutefois, dans certaines grandes surfaces et dans les pharmacies, le plastique a été remplacé par le papier ou par des emballages biodégradables. Les gobelets et tasses en plastique laissent aussi de plus en plus la place à des solutions en papier. Mais au niveau des marchés et des petits commerces du Sénégal, le plastique règne encore en roi malgré l’interdiction. 

C’est donc une loi qui a du mal à se faire respecter par la grande majorité des commerçants, producteurs et consommateurs. Selon des propos d’experts recueillis par l’ONG Greenpeace, l’échec de la loi °2020-04 du 8 janvier 2020, tout comme celui des autres dispositions légales prises avant, s’explique par l’absence de vulgarisation et de campagnes de sensibilisation solide, au niveau de tout le territoire national. Pour que la communication passe mieux, il faudrait alors mener des  actions concrètes sur le terrain pour montrer les effets néfastes des déchets plastiques sur les populations et sur l’environnement. 

Par ailleurs, la plupart des sénégalais considèrent les sachets plastiques comme un emballage pratique et utile. Selon eux, il faudrait mettre en place des solutions équivalentes en remplacement de ces sachets plastiques, avant d’interdire leur utilisation. 

Quelles sont les initiatives privées en faveur de la lutte contre les déchets plastiques au Sénégal ?

Au Sénégal, il n’y a pas que le gouvernement qui s’active pour l’éradication de la pollution plastique. Des entrepreneurs locaux, activistes écologiques ainsi que des ONG ont également déclaré la guerre au plastique.

Proplast : Etre payé pour recycler des déchets plastiques

Proplast Industries est une entreprise privée qui s’active dans le recyclage de plastique au Sénégal. Pour lutter contre la pollution plastique, elle fait non seulement la collecte des déchets mais recycle aussi le plastique pour lui donner une seconde vie. En plus de lutter contre l’insalubrité au Sénégal, l’industrie souhaite faire baisser le taux de chômage des jeunes, via la création d’éco-activités génératrices de revenu dans le domaine du recyclage des déchets plastiques.

Déchets plastiques au Sénégal

Pour atteindre ses objectifs, Proplast a mis en place des kiosques de collecte de déchets plastique dénommés RECUPLAST un peu partout à Dakar. Inspiré du concept allemand où les populations peuvent recevoir 0.25 centime pour chaque bouteille plastique déposée, Proplast permet aux sénegalais de gagner de l’argent en recyclant. Néanmoins, le prix d’un kilogramme de plastique fixé à 75 FCFA, est  jugé trop bas par la population. Ce qui fait que certains points de collecte RECUPLAST ont dû fermer, faute de parvenir à collecter suffisamment de déchets. 

Ecopav : Transformer des déchets plastiques en pavé

Ecopav est une startup qui fabrique des pavés à partir de déchets plastiques. A travers cette initiative, l’objectif recherché est d’éradiquer la matière plastique qui pollue l’écosystème sénegalais en l’utilisant à d’autres fins. En récupérant les déchets plastiques pour en faire des pavés, la startup les valorise et évite ainsi qu’ils ne finissent dans les rues ou dans les océans. 

Déchets plastiques au Sénégal

S’inscrivant dans une logique d’éco-durabilité. Ecopav tient à proposer des pavés écologiques de meilleure qualité. Dans la structure, les déchets plastiques sont dans un premier temps collectés, ensuite nettoyés puis concassés. Ils sont par la suite mélangés avec du sable et déposés dans des moules, à chaud pour former les pavés. Solides et ​​écologiques, ces pavés écologiques, selon les fondateurs de la startup, seraient 10 fois plus résistants que ceux en béton. Ils peuvent être utilisés pour revêtir les sols mais aussi pour embellir les villes tout en ayant un impact positif sur l’environnement.

L’homme plastique

Militant écologiste, “l’homme plastique est un ancien professionnel de l’armée sénégalaise. Président de l’association Sénégal Propre qui lutte contre l’usage des déchets plastiques depuis 2006, il organise régulièrement des campagnes de sensibilisation à la pollution de l’environnement et au changement climatique. Il officie essentiellement au niveau des marchés, des lieux bondés où il récupère les sacs en plastique des mains des citoyens et leur remet des sacs en papier à la place. 

Une fois un sac en plastique récupéré, il l’attache à la centaine de produits plastiques déjà collectés et qui ont servi à la confection de son costume. Selon ce militant écologiste, plus de 5 millions de sacs plastiques seraient utilisés quotidiennement dans la seule région de Dakar. 

Le business des déchets plastiques au Sénégal : quel intérêt pour les entrepreneurs locaux ?

Le plastique fait partie des formes les plus courantes de déchets que l’on retrouve dans les villes du Sénégal. Sachets, sacs, bouteilles, boîtes en plastique, etc., se retrouvent dans les rues créant ainsi une insalubrité. Pourtant, ces déchets plastiques qui trainent dans les rues constituent pour les entrepreneurs avertis, de la matière première gratuite et abondante qui peut être collectée et recyclée pour créer des produits neufs et durables. En effet, le plastique est une matière recyclable par excellence. Elle peut être fondue et transformée en une infinité de produits. Il y a donc autour de la gestion des déchets plastiques au Sénégal, un business juteux qui échappe aux entrepreneurs locaux

En effet, au sein d’une usine de recyclage, le plastique redevient une matière première qui subit différents processus : broyage, micronisation, régénération, etc. 

Les bouteilles et flacons en plastique par exemple, une fois recyclés, peuvent être transformés en fibre textile. Ils peuvent ainsi servir à fabriquer des vêtements ou du linge. Une opportunité que même des grandes marques telles que Puma et Adidas ont déjà saisi en créant des collections d’articles de mode écoresponsables à partir d’anciennes bouteilles en PET transformées en fibres textiles. A noter qu’il est aussi possible d’utiliser le plastique pour fabriquer des paniers, des arrosoirs, des bacs de collecte, des sièges auto pour enfants, des tuyaux, etc. 

Étant donné qu’il y a en moyenne 10.000 tonnes de déchets plastiques au Sénégal par an, créer des entreprises destinées à recycler et valoriser le plastique, va non seulement permettre d’éradiquer la pollution créée par cette matière, mais aussi de booster l’économie locale à travers la création d’emplois. Et pour créer une entreprise de recyclage de matière plastique, les entrepreneurs locaux ont la possibilité d’apprendre auprès des personnes qui se sont déjà lancées dans le domaine ou de suivre une formation spécifique. Il existe d’ailleurs des plateformes d’e-learning qui proposent des formations en ce sens, ainsi qu’un accompagnement dans le cadre de la mise en œuvre du projet. C’est le cas par exemple de Bellomar Learning

En outre, au Sénégal, le recyclage de déchets plastiques constitue aussi un des business les plus faciles à démarrer. Il suffit de se doter d’équipements de collecte pour s’approvisionner au niveau des dépôts d’ordures des ménages, au niveau des marchés, etc., Comme l’a fait Proplast Industries, il est aussi possible de mettre en place au niveau de sa ville, des points de collecte pour récupérer plus facilement de la matière première. Pour ce qui est du coût du démarrage, les experts estiment à 500 000 fcfa environ, le budget à prévoir pour collecter, transformer et commercialiser des produits à base de plastique. 

Investir dans le secteur du plastique recyclé au Sénégal t’intéresse ? Tu as déjà une idée de projet en ce sens ? Inscris-toi vite à notre formation gratuite Transformer une idée en projet pour apprendre comment passer rapidement d’une idée à un projet d’entreprise concret et accélérer la création de ton entreprise.

 

Je m’inscris à la formation gratuite pour concrétiser mon idée de projet.

 

Sources :

http://www.africagreenmagazine.com/2020/02/les-dechets-plastiques-un-veritable.html 

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/lhomme-plastique-du-sénégal-lutte-contre-les-déchets-plastiques-dans-les-rues-de-dakar/2337388 

https://www.au-senegal.com/des-dechets-plastiques-transformes-en-paves,16111.html

https://www.greenpeace.org/africa/fr/les-blogs/13586/interdiction-des-sachets-plastiques-au-senegal-une-loi-a-lepreuve-de-ses-limites/ 

https://afripriz.org/recyclage-des-dechets-en-afrique/ 

https://www.zerowastefrance.org/wp-content/uploads/2018/08/201806_note-zwf-enjeux-et-actualite-autour-du-plastique.pdf

https://www.zerowastefrance.org/wp-content/uploads/2018/08/201806_note-zwf-enjeux-et-actualite-autour-du-plastique.pdf

https://www.au-senegal.com/IMG/pdf/loi-plastique-senegal-2020-04.pdf

https://sn.boell.org/fr/2021/03/24/analyse-de-la-loi-ndeg2020-04-pour-la-lutte-contre-le-peril-plastique-au-senegal 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.