Christelle Kwizera est une entrepreneure rwandaise de 25 ans. Ingénieure mécanique, elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat social en 2014 avec son entreprise Water Access Rwanda.

S’il y a bien un problème de taille au Rwanda, c’est l’accès à l’eau potable. En effet, près de 90 % des ménages ne disposent pas de l’eau courante. Dans les campagnes, 66 % des ménages vivent à plus de 500 mètres d’un point d’eau. Une situation particulièrement difficile à résoudre pour l’entreprise publique d’eau car le pays est extrêmement vallonné et les maisons ne sont traditionnellement pas regroupées en villages mais dispersées sur les collines, parfois à plus de 2 000 mètres d’altitude. Pour ne rien arranger, les intempéries annuelles provoquent beaucoup de glissements de terrain et d’inondations.

Cela oblige les habitants de certaines communautés à s’approvisionner à partir du Nyabarongo, l’une des plus grandes rivières du pays. Un choix par défaut qui a de lourdes conséquences car cette eau n’est pas potable. Beaucoup de jeunes rwandais sont donc victimes de maladies parfois mortelles comme le choléra. Face à ce problème, Christelle Kwizera décide de trouver une solution. Après l’obtention de son diplôme en mécanique, elle lance le projet Water Access Rwanda avec pour objectif de fournir l’eau potable dans tout le pays mais aussi dans le reste de l’Afrique subsaharienne. Water Access Rwanda fournit non seulement de l’eau, mais donne aussi un emploi à plusieurs jeunes rwandais.


Le concept de Water Access Rwanda est simple. Mettre en place des mini-points d’eau présentés généralement sous forme de kiosques. L’eau est tirée par une pompe hybride qui utilise de l’énergie solaire ou de l’électricité et un filtre. L’entreprise a déjà installé vingt-quatre mini-réseaux d’eau dans tout le pays et compte 71 000 utilisateurs journaliers. Les clients ont le choix entre s’approvisionner au niveau des kiosques publics pour un franc rwandais le litre (à peu près 1 100 litres pour un euro) ou obtenir une installation d’eau à la maison avec un compteur prépayé. Un seul kiosque permet d’approvisionner une communauté de 2000 habitants en eau potable et à un prix inférieur à celui des autres fournisseurs d’eau.

En 2019, Water Access au Rwanda a généré 290 000 euros, presque entièrement réinvestis dans de nouveaux puits et de nouvelles pompes. La jeune femme compte atteindre son seuil de rentabilité en 2022. Avec sa solide expérience et son engagement en faveur de l’environnement, Christelle a attiré l’attention de nombreux investisseurs et organisations. Elle a reçu plusieurs récompenses et distinctions dont le « Woman Entrepreneur of the Year Award » en 2019. Une femme leader inspirante qui fait la fierté de tout un continent.

Crédits : Le Monde  / Afrik 21


    2 commentaires à "Christelle Kwizera, l’entrepreneure qui fait couler l’eau potable au Rwanda !"

    • Rumbu

      Bravo madame

      Je suis intéressé par votre concept.

      Roger Rumbu

    • CAMARA IBRAHIM SAID

      Une idée très ingénieuse, très encouragent !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.