image interview nadege charles avec askan

Présentation

Je m’appelle Nadège Charles, j’ai 34 ans bientôt. J’ai commencé mes études dans la communication, ensuite je me suis orientée sur la communication numérique et la création d’édition numérique. Puis j’ai travaillé huit ans dans le web marketing, dans l’e-mail marketing et le social media marketing.

Il y a un an et demi j’avais décidé de changer de boîte, et vu que je travaillais déjà en partie en freelance à l’époque où j’étais salariée, je me suis dite que je vais tenter de travailler désormais totalement en freelance et du coup d’arrêter mon activité de salariée.

En association avec mes 3 partenaires freelance, nous avons créé une agence qui s’appelle SIB Interactive qui est une agence de création de site internet et de web marketing. Nous faisons aussi beaucoup de E-commerce. Notre clientèle est basée essentiellement en France  et à Dubaï.

 

Quelle est ta vision du marché afro en France, et quelle est ta vision des perspectives offertes au marché africain pour des entreprises françaises ?

Je n’ai pas de client africain pour évoquer ce sujet, mais je suis dans des groupes d’afro-entrepreneurs et je vois qu’il y a énormément de jeunes de la diaspora qui entreprennent maintenant, un phénomène que je n’avais pas forcément remarqué il y a trois ou quatre ans. Donc pour moi c’est en plein essor et je suis optimiste car je vois qu’il y a de moins en moins de personnes qui ont peur de quitter leur salariat.

 

As-tu des connexions avec des réseaux africains ici ?

Non pas du tout, mais j’aimerais bien me spécialiser dedans. Parce que j’aimerais bien aider les afro entrepreneurs. Car pour moi ils représentent l’espoir, et des afro entrepreneurs qui sont en France peuvent retourner en Afrique et entreprendre là-bas car je suis convaincue que c’est comme ça que le continent se développera.

 

Quelles sont les principales difficultés que tu rencontres dans la gestion de ton équipe ? Comment fais-tu pour gérer ces difficultés ?

La plus grande difficulté que j’ai eue avec mes associés est due à la différence de nos profils. J’ai un associé qui travaille toujours et un autre en freelance. Donc on a des profils et objectifs différents, ce qui était difficile à gérer au début. Pour gérer la stratégie et l’orientation entreprise c’était assez dur de s’entendre. Mais maintenant ça va mieux parce que nous nous avons remis nos pendules à l’heure. Après, avec mes équipes je n’ai pas vraiment de difficulté hormis le recrutement de développeur en France qui est très compliqué et assez cher parce qu’il faut trouver un développeur de confiance qui fait le travail dans les temps. Après dans la gestion au quotidien je m’en sors bien car j’ai déjà l’habitude de gérer des projets.

 

Comment fais tu pour rester organisée ?

Je fais des planning chaque semaine, que j’ajuste en fonction des imprévus et ça marche assez bien pour l’instant. Pour gérer mes équipes j’utilise la suite Microsoft Office. Et on utilise à côté de ça Open Project pour pouvoir évaluer les coûts et le temps passé par projet.

 

Quels sont les 3 conseils que tu peux donner aux entrepreneurs ?

Tout d’abord je leur conseillerais de rencontrer le maximum de personnes avec de l’expérience dans l’entrepreneuriat.

Ensuite bien choisir la thématique, un domaine où on se sent bien et qu’on maîtrise car il y aura beaucoup de hauts et de bas.

Et enfin la persévérance. Il faudrait pas abandonner dès le premier obstacle pour retourner à une situation de salarié. Il faut vraiment tenir le bon bout et continuer à avancer car tôt ou tard ça finira par aller.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

askan_logo

Mentions légales    Tarifs     CGV       CGU     Contacts       Plan du site

© 2011 - 2019 Askan. Tous droits réservés